Pourquoi faut-il renverser la République Islamique?

Quarante-deux ans se sont écoulés depuis la révolution de 1979 qui a renversé la monarchie Pahlavi en Iran et a conduit à la création de la soi-disant « République Islamique » qui a été au pouvoir depuis lors. Dès sa création en Février 1979, la République Islamique est descendue sur la société civile comme le marteau des dieux et entrepris une violation systématique écrasante des droits de l’homme, et dans un mouvement calculé, étape par étape, s’est distancée de la démocratie attendue.

L’exécution des fonctionnaires de l’ancien régime sans procès, la répression continue des diverses tendances et mouvements politiques, culturels et sociaux; l’établissement d’institutions strictes et parfois humiliantes pour contrôler le comportement social en général et de faire le «hijab islamique» obligatoire pour les femmes en particulier; la persécution des minorités ethniques, religieuses et sexuelles; le purge systématique des intellectuels critiques et les opposants politiques à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran; le maintien en détention d’innombrables prisonniers de conscience dans les centres de détention épouvantables où la torture organisée et l’exécution de masse est de l’ordre du jour; la suppression des mouvements d’étudiants et les mouvements populaires pour la liberté et la démocratie; l’intervention politique et militaire dans les pays voisins et de tenter de les rendre États satellites grâce à l’utilisation du terrorisme, l’oppression et le massacre; et le plus néfaste de tous et la source de tous les maux, l’élaboration d’une constitution fondée sur la religion tournant autour du concept chiite de «tutelle du juriste» – qui accorde immenses pouvoirs exécutifs au chef suprême comme le seul représentant de Dieu sur Terre; ce sont seulement une poignée des procédures antihumanistes et anti-démocratiques substantielles et pratiques de la République Islamique qui, selon les mots de Hannah Arendt, ont rendu le «mal» non seulement en Iran mais aussi dans la plupart du Moyen-Orient “banal”.

Bien sûr, depuis la Révolution, de nombreuses voix différentes se sont élevées en signe de protestation contre ledit régime, exigeant son renversement et son remplacement par un système démocratique justiciable des principes des droits de l’homme. Tout de même, ces manifestations ont peu fait jusqu’à présent dans la voie de changement fondamental dans le système politique en Iran.

Dans cette perspective, Reza Parchizadeh, un théoricien politique et universitaire Iranien affilié à Indiana University of Pennsylvania, estime que parmi les raisons pour lesquelles les manifestations et les mouvements contre la République Islamique ont généralement échoué, l’une a été un manque de théorie profonde et la compréhension de la nature du régime et de la façon dont il fonctionne; une autre a été l’absence d’un discours « subversif-transformateur » avec une base théorique solide; et la dernière mais non la moindre, l’inexistence d’un programme démocratique complet pour remplacer la République Islamique. Parchizadeh lui-même a publié une collection novatrice d’essais à cet égard.

En conséquence, dans une interview avec lui, je lui ai demandé un certain nombre de questions au sujet de son nouveau livre. Ma première question était : “Quel est le but d’écrire un tel livre ?» Ce à quoi il a répondu :

“Pour pousser le discours subversif-transformateur plus loin par l’introduction d’un certain nombre de concepts et problématiques plutôt inconnues à cet égard. Les essais de ce livre ont été composés abord et avant tout dans le but de montrer que, pour mettre fin à la banalité du mal et d’établir les principes des droits de l’homme et de réaliser un système démocratique non seulement en Iran mais aussi dans l’ensemble du Moyen-Orient, il est essentielle de renverser la République Islamique “.

La conversation entre nous s’est suivie comme tel:

Je me suis rendu compte que chaque fois qu’il est question de renverser la République Islamique afin de parvenir à la démocratie en Iran, certains militants politiques parlent de «violence», et que les gens ne veulent pas d’un renversement du régime parce qu’il est «violent». Comment répondez-vous à ces allégations ?

Le renversement d’un régime est d’abord et avant tout une question de changement fondamental “structurel”. Lorsque la constitution est démantelée, une révolution a déjà eu lieu. Intrinsèquement, cela ne signifie pas nécessairement une forme de violence. Cependant, comme tout système de décision injuste qui utilise la force et pratique la violence, tente habituellement de freiner son renversement. Alors les révolutionnaires devraient parfois avoir à recourir à la force pour se défendre. Et cela est tout à fait naturel. Aucun système injuste ne va quitter le pouvoir sans une sorte de résistance sérieuse. Notre idéal par contre comme agents démocratiques serait de minimiser la violence autant que possible.

Dans quelle mesure évaluez-vous le potentiel du régime à réprimer le peuple si un mouvement révolutionnaire commençait en Iran ? Croyez-vous que la République Islamique serait encore capable de réprimer le mouvement comme ils le faisaient sur le Mouvement Vert en 2009?

Je pense que la répression en 2009, principalement est survenue parce que ceux qui prétendaient être les “leaders” du Mouvement vert, à savoir, les Réformistes, étaient en effet les responsables du régime eux-mêmes qui ne voulaient pas le mouvement vert aillent au-delà de frontières idéologiques du régime. En conséquence, ils ont conduit les gens égarés et les ont vendus sur le fleuve. Par conséquent, il était en fait la faute des réformistes que le mouvement du peuple a été écrasé. Si elles avaient encouragé les gens à rester dans les rues, le régime aurait certainement tombée, et nous serions en train de profiter des perspectives d’un système démocratique en Iran maintenant. Cependant, comme les réformistes ne veulent pas d’un changement de régime, le régime a profité de l’incertitude et a durement réprimé les manifestations. Je crois que si un autre mouvement commençait en Iran, les personnes qui ont acquis la sagesse par l’expérience, ne veulent plus écouter les Réformistes et voudront aller au-delà de leurs exigences mesquines. Étant donné ces circonstances, la capacité du régime à réprimander le mouvement va diminuer de manière significative.

Un dernier mot : ce sont les mêmes Réformistes qui en instillant constamment la peur de la “répression” dans les cœurs des gens par le biais de la propagande, ont créé la problématique de la « violence ». En d’autres termes, ils ont créé une question latérale dans une voie centrale pour le seul but de maintenir la République Islamique en place à tout prix. Toutefois, étant donné les circonstances, je ne pense pas qu’ils seront en mesure de tenir à cette pierre d’achoppement pour longtemps. Le public est très aux abois en Iran maintenant. Cela mènera à quelque chose.

Dans le huitième chapitre de votre livre, vous écrivez à propos de “la création des crises et la gestion des crises par la République Islamique”. Pourriez-vous nous donner quelques exemples ? Et pourriez-vous nous dire dans quelle mesure la République Islamique peut gérer une crise ?

Comme je l’ai dit dans le livre, la création et la gestion de crise, généralement par la violence, est la marque de la République Islamique. Ils ont utilisé la crise depuis le début de la révolution afin de diriger les événements dans la direction qu’ils voulaient. La crise des otages américains, la guerre civile au Liban, l’incident où les pèlerins Iraniens ont été massacrés en Arabie Saoudite, la guerre Iran-Irak, la guerre froide en cours avec Israël, les guerres en Syrie, l’Irak et le Yémen sont seulement une poignée des manifestations de cette technique de création et de gestion de crise. Cette même technique a également été utilisée en Iran contre les mouvements de droits civiques et d’autres types de mouvements démocratiques. La République islamique va utiliser cette technique pour aussi longtemps que possible. Cependant, il y a une crise que le régime a créé mais n’a pas été en mesure de gérer jusqu’à présent, est la crise nucléaire, qui a à son tour a débordé dans la crise régionale que la République islamique avait déjà créée. Je crois que cette même crise peut révéler le destin de la République Islamique dans le long terme.

Sous une forte pression internationale, il semble que la République Islamique a tenté de s’acheter une certaine légitimité en montrant une image plus douce du régime par l’élection de Hassan Rohani comme président. Mais à quel point est-ce cette douceur réelle ? Est-ce que Rohani va être en mesure de faire des changements fondamentaux dans le régime?

En fait, on n’a pas beaucoup changé pour le mieux “à l’intérieur” de l’Iran depuis que Rohani a été élu  président. Les exécutions en Iran sont à leur plus haute échelle depuis probablement une décennie ou deux ; la condition des droits de l’homme en Iran est encore tragiquement déplorable ; les libertés individuelles les plus élémentaires sont bafouées par l’État avec une impunité presque totale ; les femmes et les minorités souffrent de graves discriminations ; etc. Par conséquent, comme vous venez de le dire, Rohani n’est là que pour montrer au monde une image plutôt douce de la République islamique de sorte que le régime puisse s’acheter une certaine légitimité. Il n’est pas là pour faire des changements démocratiques dans le système. Et en réalité, il ne peut pas, parce que le pouvoir réside dans les mains du chef suprême et les Gardiens de la Révolution. Les gens sont les victimes. Ils subiront les conséquences, comme ils ont fait jusqu’à présent. En règle générale, c’est seulement la surface qui change dans la République islamique ; le noyau est toujours le même!

Vous avez alloué deux chapitres de votre livre à ce que vous avez appelé “Israélophobie” de la République islamique. Quel est ce “Israélophobie”? Et comment la République islamique en bénéficie-t-elle ?

Israélophobie est une monnaie. Cela signifie une peur psychologique d’Israël qui est plus imaginaire que réel. Passé cela, Israélophobie est une méthode pratique dans le discours officiel de la République Islamique. Dans ce discours, Israël est désigné comme l’ennemi juré de l’Iran. En termes simples, la République Islamique a créé un ennemi imaginaire essentiellement d’Israël pour l’Iran afin d’être en mesure de maintenir son hégémonie à la fois en Iran et le Moyen-Orient élargi. En d’autres termes, en désignant Israël comme l’ennemi juré de l’Islam et l’Iran et se posant comme l’ange gardien, la République Islamique a en effet essayé de jouer le rôle du maître dans la région. Cela a eu des conséquences désastreuses pour la démocratie dans tout le Moyen-Orient.

Une dernière question : Croyez-vous que la République Islamique ait une “opposition” solide ? Si oui, quel serait le rôle de cette opposition à renverser la République islamique ?

L’opposition existe, mais elle n’est pas cohérente. La question fondamentale est de savoir comment tirer l’ensemble. Après l’expérience désastreuse de 1979, presque tout le monde craint la peur que la même tragédie se reproduise. Après tout, Khomeini a trouvé l’hégémonie et a pris le pouvoir avec le slogan « tous ensemble » ! Et nous savons ce qui s’est passé ensuite. La République islamique est aussi parfaitement consciente que la peur la sert bien. Tout en décourageant activement tout type de rassemblement et d’unification de l’opposition, la République islamique a tenté de créer sa propre opposition “bidon” à la fois en Iran et à l’étranger. J’ai beaucoup écrit sur cette opposition bidon dans mon livre, qui est généralement composé des Réformistes. Ces réformistes sont des obstacles sur la voie de changement fondamental du système despotique en Iran. En jouant un rôle « médiocre » dans la République Islamique, ils prolongent seulement la vie d’un système dysfonctionnel par atténuant son inhumanité. Cependant, je crois que la dure réalité finira par les écarter. Et puis, ils auront peu de pouvoir d’entraver le flux des vagues du peuple vers la démocratie en Iran.

By Avideh Rafaëla Motmâenfar, follow the writer on Twitter: @AvidehM

Proudly powered by WordPress | Theme: Journey Blog by Crimson Themes.